22 septembre 2017
Accueil » addictologie » Tabagisme pendant la grossesse et inégalités sociales de santé

Tabagisme pendant la grossesse et inégalités sociales de santé

Tabagisme pendant la grossesse et inégalités sociales de santé dans les pays développés, c’est le sujet de la thèse d’Estelle Blanchard présentée et soutenue publiquement le 22 Octobre 2015. téléchargez upmc-logotypece lien pour l’intégralité de la thèse eclat-graa.org/…15/11/blanchard-these.pdf

Le tabagisme pendant la grossesse augmente les risques périnataux comme la prématurité, le retard de croissance intra utérin et la rupture prématurée des membranes. Sa prévalence est élevée dans les pays développés. Les femmes les plus jeunes, sans emploi ni partenaire, résidant dans un quartier défavorisé, avec un faible niveau d’étude ou de revenus sont plus à risque de fumer au cours de la grossesse. Notre étude a eu pour objectif d’étudier la tendance de ces prévalences et les facteurs démographiques et sociaux les caractérisant dans les pays de développés.

Cette étude a consisté en une revue de la littérature sur la base de données Medline. La qualité des articles a été évaluée par un score. Les prévalences, leur tendance et les facteurs associés au tabagisme pendant la grossesse ont été décrites par des pourcentages, des odds ratio et des différences relatives. Trente et une études représentant 17 pays différents ont été retenues pour l’analyse.

La prévalence du tabagisme s’échelonnait de 17,1% en France à 5% en Italie. Au cours des vingt dernières années, les prévalences du tabagisme au cours de la grossesse ont lentement décru de -15% au Royaume-Uni à -5,8% aux Etats-Unis mais de façon inégale selon des déterminants démographiques et socio-économiques. Les différences relatives entre les prévalences pondérées de deux périodes différentes allaient de -76% chez les femmes les plus favorisées aux Etats-Unis à -30,8% en France. Tandis que les prévalences décroissaient plus lentement chez les femmes les plus défavorisées (-45% aux Etats-Unis ; -3,8% en France).

Pour inverser cette tendance, les orientations politiques, de recherche et de formation des soignants doivent se diriger en priorité vers les populations les plus vulnérables.