23 septembre 2017
Accueil » addictologie » Priorité d’actions aux Femmes usagères de drogues- La Mildeca toujours engagée

Priorité d’actions aux Femmes usagères de drogues- La Mildeca toujours engagée

mildeca-logoLes 10 et 11 décembre dernier, le Groupe Pompidou organisait à Rome un séminaire intitulé « Femmes, Drogues et Violence en Europe et en Méditerranée ». Cet événement s’inscrivait dans la continuité des nombreux travaux menés par cette instance sur la dimension du genre et des drogues. La France, représentée par la MILDECA y participait.

Ce séminaire, organisé en coopération avec le Département des politiques anti-drogue de la présidence du Conseil des ministres de l’Italie (vice-présidente du Groupe Pompidou) rassemblait des professionnels travaillant dans le domaine de la prise en charge des addictions et dans la réduction des risques et des dommages, ainsi que des chercheurs.

Cet évènement répondait à deux objectifs. Le premier étant d’évaluer la situation en soulevant plusieurs problématiques, notamment l’exposition des femmes usagères de drogues aux violences et leur prise en compte spécifique dans les systèmes de réduction des risques et de traitement des addictions. Le second, visait à compléter les estimations des experts et faire des propositions d’action et des recommandations supplémentaires.

A cette occasion, Danièle Jourdain Menninger a rappelé dans son discours que « plus que la consommation en elle-même, c’est le cadre de celles-ci qui est spécifique aux femmes. » En effet, les femmes sont « plus sujettes à être pointées du doigt, plus souvent stigmatisées ou mal comprises et risquent ainsi d’être moins visibles par les institutions et les professionnels qui les accueillent. »

Enfin, ce séminaire fait pleinement échos au Plan gouvernemental de lutte contre les drogues et les conduites addictives 2013-2017 qui fait des populations les plus exposées dont les femmes usagères de drogues, une priorité en termes de repérage et de prise en charge.