23 septembre 2017
Accueil » addictologie » les constats les plus récents du dispositif TREND en matière de substances illicites ou détournées

les constats les plus récents du dispositif TREND en matière de substances illicites ou détournées

ofdtLe numéro 105 de Tendances de l’OFDT dresse les principaux constats de la 15e année d’observation du dispositif TREND (Tendances récentes et nouvelles drogues) rédigé par Agnès Cadet-Taïrou, Michel Gandilhon, Magali Martinez et Thomas Néfau.
Cette parution s’accompagne de la mise en ligne de sept analyses locales des coordinations des sites TREND à Bordeaux, Lille, Marseille, Metz, Paris, Rennes et Toulouse.
Le numéro décrit d’abord les problèmes liés à la précarité sociale des usagers dans les espaces urbain et festif et les tensions et difficultés qu’elle engendre. En matière d’offre, l’analyse de TREND souligne une modernisation dans l’organisation des deals, via par exemple la téléphonie mobile et le développement des achats sur Internet sur le deep web (partie du web qui échappe aux moteurs de recherche).
Concernant les substances, la hausse des teneurs moyennes, notamment documentée grâce aux collectes et analyses du système national d’identification des toxiques et des substances (SINTES) est observée, dans la continuité des observations précédentes. Le phénomène est très net pour les  stimulants (cocaïne et surtout MDMA, poudre et comprimés d’ecstasy) mais touche aussi l’herbe et la résine de cannabis. L’héroïne est également concernée par l’élévation de la pureté des échantillons analysés alors que les médicaments opiacés semblent plus nombreux à faire l’objet de détournements.
De premiers éléments relatifs à l’observation des espaces virtuels d’Internet et des NPS (nouveaux produits de synthèse) via le projet européen I-TREND (analyse de l’offre en ligne, observation quantitative et qualitative des forums d’usagers, enquête en ligne auprès des usagers) sont également présentés. Depuis 2008, 178 NPS ont été identifiés en France dont 56 en 2014. Il s’agit surtout de cathinones (stimulants), phénythélamines (hallucinogènes) et de cannabinnoïdes de synthèse. Les usagers de NPS sont pour la plupart des consommateurs d’autres drogues au premier rang desquels figurent des psychonautes (usagers explorant des états de conscience modifiés).
Retrouver les documents en intégralité par les liens suivants :
Télécharger le numéro 105 de Tendances
Télécharger les synthèses des sites locaux : Bordeaux, Lille, Marseille, Metz, Paris, Rennes, Toulouse
Lire le communiqué de presse