20 octobre 2017
Accueil » addictologie » Le sport, l’environnement, le sexe, facteurs de réussite de l’arrêt du tabac chez les jeunes

Le sport, l’environnement, le sexe, facteurs de réussite de l’arrêt du tabac chez les jeunes

La revue médicale Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention relaye une étude montréalaise sur le tabagisme chez les fumeurs débutants. Cette étude, très récente, s’est intéressée à 620 garçons et filles de Montréal, âgés de 12 à 13 ans, ayant récemment commencé à fumer. 40% de ces jeunes déclarent que leurs parents fument, et 90% que leurs amis fument et 80% qu’ils voient couramment leurs professeurs (ou tout membre de l’équipe éducative) fumer.

Current Issue Cover

Tout au long de cette étude, qui a duré 5 ans, 40% des jeunes ont arrêté de fumer. Les garçons étaient à 80% plus à même d’arrêter que les filles, et les plus âgés de ces adolescents étaient 30% de plus à arrêter que les plus jeunes. Les jeunes déclarant que les messages sanitaires sur les paquets les effrayaient étaient 44% plus à même d’arrêter, et ceux jouant dans un sport d’équipe étaient 40% plus à même d’arrêter.

Les facteurs réduisant les chances que l’adolescent entame une démarche d’arrêt sont : le stress familial, la question du poids, le fait d’être en surpoids, la consommation de drogue(s) illicite(s) et l’effet craving de la cigarette.

« En somme, ces résultats confortent l’idée que des habitudes saines au sein de la famille, ce qui inclut de ne pas fumer ou encore d’échanger régulièrement, va aider le fumeur débutant à ne pas continuer le tabagisme » a déclaré l’auteure de l’étude, le professeur Jennifer O’Loughlin au Département de la Médecine Préventive et Sociale de Montréal. « Les parents qui fument doivent comprendre les effets de leur tabagisme sur leurs enfants. La famille doit pouvoir travailler en collaboration ou avec l’aide de professionnels pour identifier et réduire les sources de stress. Les parents doivent inscrire leurs enfants dans des activités sportives ou de bien-être. Il est impératif de mieux saisir les facteurs qui promeuvent l’arrêt du tabac chez les filles comparés aux garçons, afin que nous puissions concevoir des interventions genrées ».