21 septembre 2017
Accueil » addictologie » Le Haut Conseil de la Santé Publique propose de mieux suivre les consommations d’alcool

Le Haut Conseil de la Santé Publique propose de mieux suivre les consommations d’alcool

Les consommations de tabac et d’alcool sont des déterminants majeurs de la dégradation de la santé et de la mortalité évitables. Les objectifs de la loi de santé publique de 2004 avaient pris en compte la nécessité de réduire la consommation globale d’alcool. Les dommages subis du fait de la consommation d’alcool en France justifient que d’autres initiatives soient prises dans un avenir proche afin de réduire substantiellement le niveau de cette consommation.
Qu’il s’agisse d’évaluer l’impact des mesures publiques ou de réfléchir en amont au choix des objectifs détaillés et aux moyens à mettre en œuvre, le dispositif de connaissance statistique des consommations d’alcool et des dommages associés revêt la plus haute importance. Les dispositifs de connaissance des niveaux de consommation et l’estimation des dommages souffrent encore d’une grande dispersion institutionnelle entrainant, entre autres inconvénients, l’irrégularité de l’actualisation de certains indicateurs essentiels.

Le HCSP recommande :

  • d’installer une nécessaire coordination entre les producteurs des données de prévalence et des études sur les dommages de l’alcool ;
  • de consolider l’estimation des quantités d’alcool pur consommées ;
  • d’apprécier les mesures des dommages ;
  • d’assurer la production et la diffusion de données régionales
  • de garantir une publication régulière des connaissances sur la consommation d’alcool en France et sur ses dommages ;
  • d’encourager les recherches sur les dommages de l’alcool.