22 novembre 2017
Accueil » addictologie » Journée d’études « Amour et addictions », le 17 novembre à Paris

Journée d’études « Amour et addictions », le 17 novembre à Paris

Lors de cette journée d’études, l’hôpital Marmottan vous propose d’aborder divers aspects de la dépendance amoureuse, avec entre autres : la biologie de nos émotions et du plaisir, avec Catherine Belzung, docteur en neurosciences, l’incapacité d’être seul, avec Catherine Audibert, psychologue et psychanalyste, et les « sectes à deux » et l’emprise pathologique dans le couple avec Jean-Claude Maes, psychologue.

S’il n’existe pas encore de consensus pour mettre sur le même plan l’alcoolisme, la toxicomanie et les « nouvelles » addictions sans drogue, le cas de la dépendance affective et sexuelle est encore plus épineux. Le recours au « briseur de soucis » (Freud) a pu être longtemps perçu comme un substitut, un pis-aller, de la part de sujet ne pouvant vivre une relation affective et sexuelle épanouie. L’amour et l’addiction, dans cette optique, seraient mutuellement exclusifs.

Accepter la notion d’addiction affective est donc une petite révolution, remettant en question la théorie élaborée à partir de l’alcoolisme et de la toxicomanie. Mais cette émergence est aussi sans doute une grande révolution, au sens d’un retour aux origines : la passion amoureuse, depuis l’Antiquité, fut sans doute la première forme de dépendance considérée comme une maladie, avant les jeux d’argent et de hasard, et avant l’alcoolisme.

L’accent mis sur les « addictions avec drogues » pourrait donc n’être qu’un simple sous-groupe de nos passions envahissantes possiblement destructrices.

Télécharger le bulletin d’inscription 2014