24 novembre 2017
Accueil » addictologie » Femmes et addictions : un « 6 pages » de repères

Femmes et addictions : un « 6 pages » de repères

En 2012, la Fédération a lancé le projet national Femmes et addictions co-piloté par la DGS et la Mildt. Dans la continuité de ces travaux, elle sort aujourd’hui un document synthétique autour des femmes qui propose des préconisations pour les structures qui souhaitent mettre en place ce type d’accueil.

Le groupe de travail réunissant des experts de terrain et des chercheurs a piloté une enquête auprès des établissements en 2012 et élaboré, à partir des données de la recherche et des remontées des professionnels, ce document de repères Femmes et addictions.

Vous y trouverez une première partie qui donne des éléments objectivés sur les différences de consommation et de facteurs de risques en fonction du genre. En effet, l’expérience clinique et les études réalisées dans de nombreux pays montrent que femmes et hommes n’ont pas les mêmes comportements, usages et facteurs de risques face aux addictions, quels que soient les modes d’analyse, les produits étudiés ou les niveaux de problèmes considérés. Dès l’enfance, une distinction s’opère via des modes de socialisation masculins et féminins : à l’adolescence, les codes sociaux de genre de nos sociétés contemporaines influencent l’usage des psychotropes, avec d’autres facteurs comme l’âge ou le milieu social d’appartenance. Nier cette spécificité du genre, c’est nier les rapports sociaux de sexes et les représentations qu’ils véhiculent.

Notons que le lien entre addictions, grossesse et périnatalité est identifié par les professionnels et documenté par la recherche, y compris en France. La question du genre et de son impact ne faisant pas l’objet d’une identique préoccupation, nous l’avons priorisée dans ce document.

Dans la deuxième partie, nous vous proposons des questions spécifiques liées à la réalisation d’une action spécifique pour les femmes : en amont du projet, pendant la mise en œuvre (sur le plan organisationnel et dans la pratique clinique) et, une fois le projet lancé, pour valoriser l’expérimentation et pérenniser l’action.

Une base d’expériences et une revue de littérature également à disposition

En complément de ce document, vous pouvez consulter :
* la base d’expériences en ligne, qui recense des actions spécifiques pour les femmes menées dans les Csapa et les Caarud
* la revue de littérature internationale réalisée par l’Institut d’Anthropologie Clinique de Toulouse dans le cadre de ce projet (prochainement mise en ligne)

Nos adhérents ont également accès à la synthèse de l’étude 2010-2011 réalisée par l’Union Régionale Ile-de-France sur les pratiques professionnelles à destination des femmes dans les établissements.

Pour plus d’informations sur ce projet, contactez Cécile Bettendorff c.bettendorff@federationaddiction.fr.