21 septembre 2017
Accueil » addictologie » Consommation d’alcool chez les jeunes – Quelles recommandations européennes ?

Consommation d’alcool chez les jeunes – Quelles recommandations européennes ?

20160224_110949_resizedDans la newsletter Actualités des Addictions N° 43 du 23 février 2016 La consultation d’experts ayant porté sur l’alcool au sein des jeunes populations, telle qu’elle a été conduite par le groupe Reducing Alcohol-Related Harm (RARHA), selon la méthode de Delphes, a permis de faire émerger des divergence et similitudes dans la façon dont les pays d’Europe envisagent ce phénomène et les moyens de le contrôler.
Tandis que certains pays défendent une tolérance zéro pour les jeunes en deçà de 18 ans, d’autres veulent prendre acte de la réalité des consommations et croient nécessaire de s’engager dans des actions visant la réduction des dommages. Toutefois, les experts s’entendent pour l’élaboration de recommandations concertées impliquant les gouvernements, les associations médicales, les sociétés savantes et les intéressés. Ils sont nombreux également à défendre l’interdiction de consommer de l’alcool en deçà de 16 ans. Plus encore, qu’ils aient 16 ou 17 ans, dans l’idéal, les jeunes ne devraient pas être autorisés à consommer de l’alcool mais s’ils le font malgré tout, les experts préconisent que leur soient délivrés des conseils de réduction des dommages et une information compréhensive de type intervention brève motivationnelle.
Parmi les facteurs clés identifiés pour agir sur les risques associés aux consommations d’alcool des jeunes, la réduction des dommages en est une, l’amélioration de la communication parents-enfants en est une autre, la question de l’accessibilité des boissons alcoolisées également et la mise en place de politique de prévention intégrée agissant au niveau individuel et structurel. Enfin, pour être à la mesure de l’enjeu de santé publique que représente la consommation d’alcool chez les jeunes, les recommandations devront porter sur ses conséquences à long-terme et non pas seulement à court-terme.

>> Consulter le résumé de la consultation