23 septembre 2017
Accueil » addictologie » ALCOOL et TABAC: Pourquoi sont-ils souvent indissociables ?

ALCOOL et TABAC: Pourquoi sont-ils souvent indissociables ?

busylowUne étude dans le Journal of Neurochemistry du 2 novembre 2015 publiée par P. Bernanose, Directeur de publication, avec la collaboration de P. Pérochon, diététicien-nutritionniste et coordinateur éditorial révèle que  « pour arrêter, il faut viser les 2 sevrages à la fois l’alcool et le tabac »

Excès d’alcool ? Alors très probablement de tabac. Cette découverte de l’Université du Missouri School of Medicine contribue à expliquer pourquoi alcool et tabac sont la plupart du temps indissociables. Les données épidémiologiques font ainsi état de dépendance à la nicotine chez 85% des buveurs réguliers. En montrant que la nicotine annule les effets soporifiques de l’alcool.

Les scientifiques montrent ici, sur des rats équipés d’électrodes, ayant reçu de l’alcool et de la nicotine,

  • qu’en cas de consommation combinée, la nicotine et l’alcool augmentent l’activation du centre de la récompense, ce qui conduit à une augmentation de la consommation d’alcool,
  • que la nicotine affaiblit les effets soporifiques de l’alcool en stimulant une réponse dans le cerveau antérieur basal. La nicotine vient ainsi réduire la somnolence induite par la consommation d’alcool jusqu’à agir même comme un stimulant qui supprime le sommeil.

 

Si une personne fume, elle sera susceptible de consommer plus d’alcool, et vice-versa. Les 2 substances se favorisent l’une et l’autre.

La conclusion est que le tabagisme, au-delà de tous ses effets démontrés, est aussi un facteur majeur de risque d’alcoolisme. Un point important pour les buveurs et les fumeurs, mais aussi pour les patients atteints de maladie mentale comme la schizophrénie, plus susceptibles de fumer.

 

Enfin, un facteur néfaste au sevrage : le tabagisme peut être un frein au succès du sevrage alcoolique. A noter, cette étude de l’Université de Buffalo qui montre que les sevrages alcooliques de patients fumeurs sont souvent écourtés, avec en général de moins bons résultats.

 Source: Journal of Neurochemistry 31 AUG 2015 DOI: 10.1111/jnc.13219 Nicotine Administration in the Wake-promoting Basal Forebrain Attenuates Sleep-promoting Effects of Alcohol

Lire aussi: ALCOOL et TABAC: Pour arrêter, il faut viser les 2 sevrages à la fois